Dr. méd. privat-­docent Thomas Dieterle
Méd.-chef ­polyclinique univ. et clinique de ­cardiologie

M. Dieterle, l’angine de poitrine, qu’est-ce que c’est?

Angine de poitrine vient du latin «Angina Pectoris», qui signifie «constriction de la poitrine» et survient lorsque le myocarde n’est pas suffisamment approvisionné en sang. En général, cela est dû à un rétrécissement des artères coronaires. Les causes peuvent être des dépôts (dits plaques) encombrant les artères, ou bien des caillots sanguins qui se forment dans les artères coronaires. Le vaisseau sanguin est ainsi rétréci, ce qui entraîne une diminution du flux sanguin. 

 

L’angine de poitrine est-elle une alerte? 

Une angine de poitrine peut être le signe avant-coureur d’un infarctus du myocarde. La survenue de ces douleurs est en tout cas un signe que l’apport sanguin et donc l’oxygénation du myocarde ne sont plus suffisants. 

 

Comment le patient reconnaît-il l’angine de poitrine? 

En général, l’angine de poitrine survient lors de l’effort. L’effort augmente les besoins du myocarde en oxygène, et en cas de constriction des artères coronaires (décrite plus haut), celles-ci ne peuvent plus fournir assez d’oxygène. Cela se traduit par une sensation de pression, de brûlure ou une douleur, généralement située derrière le sternum et qui irradie vers le bras, le cou, l’abdomen ou le dos.

 

Les symptômes de ­l’angine de poitrine ne sont donc pas ­extrêmement différents de ceux de ­l’infarctus du myocarde?

Il y a une différence importante. Dans le cas de l’angine de poitrine, les symptômes disparaissent au repos, tandis ­qu’ils demeurent en cas d’infarctus. 

 

L’angine de poitrine suit-elle toujours le même modèle? 

Non, la médecine fait la distinction entre l’angine de poitrine stable et l’angine de poitrine instable. L’angine de poitrine stable survient toujours dans la même situation, lors du même type d’effort. L’angine de poitrine instable au contraire voit sa fréquence augmenter, survenant même lors d’efforts plus ­légers. 

 

Que peut faire le patient?

Si un patient ressent les symptômes caractéristiques de l’angine de poitrine, il doit absolument consulter son médecin traitant et en parler avec lui. Au cas où l’angine de poitrine survient au repos et dure plusieurs minutes, consulter le médecin n’est pas suffisant. Le patient a intérêt à contacter directement le service médical d’urgence et à se rendre dans un grand hôpital. Ces symptômes peuvent également correspondre à un infarctus aigu du myocarde. 

Si les symptômes persistent au repos et durent plus de quelques minutes, appelez immédiatement le service médical d’urgence au 144 car il existe un risque d’infarctus du myocarde.

 

De quelles possibilités ­thérapeutiques dispose le médecin traitant?

Le médecin traitant s’assurera d’abord qu’il s’agit bien d’une angine de poitrine et que le flux sanguin est diminué. Il existe pour ce faire différentes méthodes comme par exemple un test d’effort sur vélo avec enregistrement de l’ECG. Si le soupçon se confirme, le médecin donne au patient comme traitement de base de l’aspirine, des médicaments, p. ex. des bêtabloquants, des inhibiteurs calciques, de la nitroglycérine ou de l’ivabradine, qui empêchent que le cœur ne consomme trop d’oxygène ou qui améliorent la circulation du sang, ainsi que des médicaments anti-cholestérol.

Est-il possible ainsi ­d’empêcher ou de limiter la survenue de ­l’angine de poitrine? 

Les médicaments mentionnés visent bien sûr à réduire ces troubles. Il existe cependant des cas dans lesquels ces médicaments seuls ne suffisent pas. Aujourd’hui, nous pouvons ajouter à la liste la ranolazine. C’est le dernier venu dans la famille des médicaments utilisés en cas d’angine de poitrine stable. La ranolazine améliore le flux sanguin, sans influence notable sur la fréquence cardiaque et la tension artérielle, et atténue ainsi les symptômes.

 

Le stent ou la chirurgie bypass sont-ils la référence absolue? 

En cas d’angine de poitrine stable mais de risque élevé, il faut conseiller aux patients un examen par cathéter afin de déterminer si les options stent ou chirurgie bypass sont souhaitables. En cas de risque faible ou moyennement élevé, on peut d’abord mettre en place une thérapie médicamenteuse afin de maîtriser les symptômes. Mais il arrive aussi que précisément les patients âgés ne veuillent pas se soumettre à un cathétérisme cardiaque ou à une éventuelle opération.Là encore on mettra en place une thérapie médicamenteuse dans un premier temps. 

FAITS

Quand une angine de ­poitrine survient-elle? Lorsque le ­myocarde n’est pas suffisamment ­oxygéné. ­Elle est un signe avant-coureur de ­l’infarctus du myocarde. Dans ­l'effort, le cœur a besoin de plus d’oxygène. Le rétrécissement des ­artères coronaires empêche un ­apport suffisant en oxygène.

Comment reconnaître ­l’angine de poitrine? Pression, brûlure et douleur, généralement derrière le sternum et irradiant vers le bras, le cou, l’abdomen ou le dos. «Une ­ceinture serrée autour de la poitrine».

Infarctus du myocarde ou ­angine de poitrine? En cas d’infarctus du myocarde, les symptômes ne disparaissent pas. En cas d’angine de poitrine, ils cessent au repos. 

Comment réagir? Consulter tout de suite le médecin traitant.