L’étude américaine qui se nomme «Beauty Pays» nous apprend que les actifs hommes ou femmes jugés les plus attirants physiquement gagnent en moyenne l’équivalent de 180'000 francs suisses de plus durant leur carrière que leurs collègues au physique plus standard.

Par ailleurs, en 2014, une marque spécialiste des appareils dentaires a présenté le résultat d’une étude réalisée par l’institut français Ipsos, concernant «l’importance du sourire dans la beauté».

Pour 89% des personnes interrogées, un manager qui sourit obtient de meilleurs résultats de ses équipes. Dans la sphère privée, 75% des personnes interrogées feront plus confiance à un interlocuteur s’il est souriant et 80% des personnes pensent que le sourire peut les aider à obtenir ce qu’elles veulent.

Un choix

Si tous ces résultats peuvent sembler sources de discrimination au premier abord, c’est oublier qu’une grande partie de l’apparence est aujourd’hui devenue le résultat de l’ensemble des choix des individus, notamment en matière de discipline personnelle ou de recours à diverses interventions médicales et chirurgicales.

C’est surtout le cas de la dentition, grâce aux récentes innovations de la médecine qui rendent certaines hautes technologies accessibles à tous.