On utilise souvent l’expression «être bien dans sa peau, c’est être bien dans sa tête». Pourquoi est-ce si important ? 

Cette expression rend compte de l’importance de l’aspect cutané sur le moral et l’assurance de soi. Beaucoup d’affections de la peau sont étroitement liées au stress de la vie et aux poussées émotionnelles. Certaines peuvent même être entretenues et aggravées par un grattage dont la personne ne peut plus se passer. Améliorer l’aspect cutané est donc essentiel. De nombreuses expériences ont montré tout l’intérêt psychologique des soins cosmétiques (manucure, coiffure, massages et soins) auprès des sujets déprimés, des malades et des personnes âgées.

Comment se sentir mieux dans sa peau ?

Je suis convaincue qu’il faut une synergie entre les traitements médicaux et les soins «cosmétiques». Si nous prenons du temps pour nous-mêmes, que nous nous faisons du bien, une grande partie de notre stress s’évacue. Cela devient un moment de «lâcher prise». Si on se sent bien, on retrouve de la confiance en soi et on trouve la force pour avancer. Comme l’a dit Paul Valéry (tiré de l’idée fixe ndlr), ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau. 

 

Comment prendre en charge cette dimension ?

L’écoute est essentielle, poser les bonnes questions. Il faut un suivi individuel, au travers d’un examen clinique pour détecter les symptômes à soigner. L’utilisation d’outils d’objectivation comme une caméra 3D nous permet de donner une image tridimensionnelle du visage. Le patient repart avec un diagnostic précis de sa peau grâce à une analyse précise et cela peut lui redonner confiance sur les atouts de son visage. Après le traitement, nous pouvons comparer les effets sur la peau et objectiver les bienfaits.

 

Notre société véhicule des stéréotypes bien précis de la beauté. Doit-on s’y fier ?

Cette idée selon laquelle la beauté tient ses principes de la régularité et de la symétrie est très répandue. Mais il n’y a pas qu’une seule beauté. Dans les instituts de beauté, il ne s’agit pas de transformer mais d’embellir ce qui existe, de valoriser les atouts déjà existants. C’est une approche que nous devons aussi avoir en médecine esthétique pour redonner une bonne mine tout en conservant la personnalité de l’individu que nous traitons. Au final, nous obtenons une beauté au naturel.