Pour connaître le régime qui nous va, il faut d’abord connaître sa morphologie. Dominique Habegger, coach en nutrition et responsable d’un des centres Dynaform en Suisse romande constate, en effet que « nous ne sommes pas tous égaux, nos glandes ne travaillent pas toutes à la même vitesse et donc nous ne stockons pas tous nos graisses aux mêmes endroits. Un régime doit donc se penser de façon ciblée. Peu importe le poids, ce qui m’intéresse lorsque je conseille un régime c’est que la personne trouve le rapport énergie-silhouette qui lui convient. »

Quelle est ma morphologie?

Indépendamment du poids, la morphologie donne des informations sur nous, sur notre façon de manger et sur le fonctionnement de notre métabolisme. Selon cette équipe de nutritionnistes, nous pouvons faire un classement des humains selon quatre grands groupes morphologiques correspondant au fonctionnement des quatre glandes endocrines suivantes: l’hypophyse, les glandes surrénales, la thyroïde et les glandes génitales. Ainsi, si votre thyroïde est hyperactive: vous aurez une tendance au grignotage et stockerez plus facilement vos graisses autour de la taille. Décrypter sa morphologie est donc essentiel avant de choisir un protocole personnalisé en fonction des caractéristiques physiques de chacun. Le régime permettra alors de diminuer son poids tout en respectant son corps et sans mettre en difficulté l’organisme.

Respecter son organisme

« La fonction première de la nourriture est de vous apporter de l’énergie. La seconde étant de vous faire plaisir. » Avec ces mots, le coach nous rappelle qu’il est inutile de déclarer la guerre à la nourriture et qu’il faut simplement apprendre à donner à son corps ce dont il a besoin. Un régime c’est aussi ça. Souvent, la prise de poids découle d’une mésentente avec son organisme. Il va donc falloir davantage apprendre à reconnaître d’où proviennent nos envies en ayant, par exemple, toujours à l’esprit la différence entre la sensation de faim et les petites envies passagères. L’une vient de notre estomac, l’autre de notre tête. Et reconnaître que finalement, un bon régime est avant tout un régime qui nous permet de retrouver notre hygiène de vie.