Pour qui que ce soit, il n’est pas toujours facile d’affronter le regard des autres. Ça doit être compliqué lorsqu’on est Miss, non?

Pas du tout! Bien sûr, je suis une femme et il y a toujours quelques petits trucs que j’aimerais changer chez moi. (Lyne éclate de rire). Mais je vis tout ça avec beaucoup de philosophie. Je me dis que notre apparence n’est qu’une enveloppe. De toute façon, on ne peut pas changer grand-chose à ce que le hasard de la génétique nous a donnés. La beauté que l’on devrait vraiment travailler, celle que l’on peut mettre en avant fièrement, c’est celle que l’on a à l’intérieur.

Miss Ronde, c’est une étiquette difficile à porter?

Le terme Miss ne me convient pas tout à fait, mais c’est à moi maintenant de casser les clichés qu’il peut y avoir sur cette étiquette. Pour le reste, j’ai toujours bien aimé qu’on me regarde. Mes tatouages, mon sourire et ma grande gueule sont aussi là pour ça!

Que répondez-vous lorsqu’on laisse penser que vous promulguez le surpoids?

Ce n’est simplement pas vrai. Il est important que les filles puissent se sentir bien dans leur peau, quelle que soit leur taille. Le concours est là pour montrer que les rondeurs sont aussi jolies. Ensuite, je ne crois pas que l’obésité soit le résultat d’un choix. Avant de perdre du poids et d’appliquer toutes sortes de méthodes, il faut se concentrer sur soi et la dimension psychologique. Rien ne sert de traiter un symptôme de manière radicale sans s’intéresser à la cause.

Les régimes, vous en avez déjà fait?

Oui, de très nombreux. Lorsque j’étais adolescente, j’avais beaucoup de volume, mais c’était surtout des muscles. Cela dit, ma maman était très inquiète et m’a encouragée à me lancer dans tous les traitements de l’obésité qu’on puisse imaginer. Du coup, mon poids a fait le yo-yo de manière impressionnante durant plusieurs années. Ce n’était pas du tout la bonne méthode. En fait, je ne crois pas aux régimes mais simplement à un régime alimentaire qui corresponde à sa physiologie, à ses besoins et à son mode de vie.

Vous avez appliqué cette méthode?

Oui, après la naissance de mon fils en 2012, j’ai ouvert les yeux sur ce que je mangeais. En réfléchissant à ce que je devais ingurgiter, ce qui me convenait et quel rythme était le meilleur pour m’alimenter, j’ai perdu 50 kilos. Je suis aussi devenue végétarienne, mais pas pour perdre à tout prix, simplement parce que ce régime me convenait mieux. Aujourd’hui, ma priorité est simplement de rester moi-même et de m’aimer simplement comme je suis.

Vous ne semblez pas du tout vivre votre surpoids comme un obstacle à votre quotidien…

En effet, j’habite au quatrième étage sans ascenseur et je fais des allers retours toute la journée sans que ce soit un souci. Si certains pensent que ma forme physique n’est pas au top, qu’ils viennent essayer de m’affronter sur un terrain de badminton!