Si vous aussi, vous avez essayé de maigrir en vous infligeant 15 jours d’eau salée et de thé laxatif, tout ça, pour faire comme Beyoncé, alors vous savez de quoi on parle.

Tous ces régimes de stars et toutes ces méthodes miracles qui nous promettent le Graal à condition d’avaler des kilos de blanc de poulet, n’ont finalement qu’un seul résultat: celui de nous fâcher avec notre corps.

C’est peu de chose, me direz-vous, car avant de démarrer ces tortures plus ou moins étalées dans le temps, on ne se sentait déjà pas très bien dans nos baskets. Justement et si c’était ça le problème?

En effet, les professionnels sont désormais tous d’accord pour affirmer que pour perdre du poids et surtout pour améliorer l’image que nous nous faisons de nous-mêmes rien ne sert de nous faire encore plus de mal; au contraire, il faut redoubler d’efforts pour se faire du bien.

Faites l’amour pas la guerre !

C’est sûr qu’à notre époque vouloir se faire du bien, c’est presque tabou. A part le yoga qui est à la mode, aller se faire masser pendant sa pause déjeuner peut paraître « SNOB » et on se garde de le dire. Alors que ça ne dérange personne de nous regarder manger trois feuilles de salade en bavant sur le sandwich de son collègue. Fini cette hypocrisie, il faut se décomplexer! L’organisme humain ne comprend pas la politique du bâton. Privez-le et il vous le fera payer.

Mieux vaut donc procéder en douceur, comme le conseille Bénédicte Lasserre, physiothérapeute et directrice de l’Espace Physio Santé à Genève. Elle milite pour une approche globale qui prend en compte l’alimentation, l’activité physique et les soins complémentaires. « On ne peut pas dissocier ces trois facteurs, donc nous travaillons main dans la main avec les diététiciens et les nutritionnistes, mais il est clair que plus on prend soin de soi, plus on a envie de faire des efforts en termes de comportement alimentaire. La perte de poids n’est pas ou plus synonyme de souffrance et de frustration. Au contraire, il faut intégrer l’idée que la santé n’exclut pas le plaisir et que le seul effort va consister à se réconcilier avec soi-même, à comprendre que son corps et son esprit ne font qu’un. En choisissant une prise en charge et un endroit qui nous conviennent, où nous nous rendons volontiers, car cela améliore les chances d’atteindre son objectif. »

Méthode et résultats

Pour perdre le poids en se faisant du bien, la prise en charge inclut: une activité physique adaptée avec une partie d’endurance ( vélo, natation, crosstrainer ) et une partie renforcement et mobilisation ( type pilates / yoga ) dans l’objectif d’une dépense calorique, accompagnée d’une hygiène alimentaire contrôlée ( nutritionniste / naturopathie ) et en support de traitements complémentaires tels que massages drainants, acupuncture, shiatsu, reiki, sophrologie, etc… « Si la prise en charge prend en compte tous ces axes, nous dit le coach et que le programme est suivi sérieusement et régulièrement, à savoir, trois fois par semaine minimum ou plus, un résultat peut être perçu au bout de 3 mois. » Bien sûr, tout dépend de l’historique de chacun et les raisons de la prise de poids mais, entre nous, la vraie difficulté c’est d’arrêter de se faire du bien lorsqu’on a atteint son objectif ! Heureusement qu’il y a l’entretien.

Méthodes

Lorsqu’on décide de perdre du poids ce n’est pas juste notre alimentation qu’il faut changer, mais c’est toute l’énergie de fonctionnement d’un métabolisme et pour s’y aider Bénédicte Lasserre conseille un certain nombre de soins:

  1. L’acupuncture : Méthode qui appartient à la médecine traditionnelle chinoise et  qui permet de rétablir un équilibre énergétique. Évidemment il faut supporter les aiguilles, mais elle combine à la fois un travail sur la nervosité ou le stress qui peut être une cause de prise de poids, un travail sur la digestion ( évacuation ) et un travail sur une meilleure circulation des liquides ( sang + eau ).
  2.  Le massage drainant: Le drainage lymphatique va aider à évacuer la lymphe stagnante ( eau + déchets ) du corps avec des techniques manuelles douces. C’est très efficace s’il est pratiqué sérieusement et régulièrement car il améliore la qualité de la peau. L’effet peau d’orange est atténué et si le drainage est suivi d’une activité physique il multiplie les effets de déstockage des graisses.
  3. Massage relaxant, massage aux huiles essentielles,  massages chinois, massages thais, réflexologie, reiki, shiatsu: Quand on décide de maigrir il faut absolument travailler sur le stress, facteur reconnu de la prise de poids. La pratique du reiki, par exemple, technique manuelle par imposition des mains, libère des énergies bloquées par nos tensions, nos conflits intérieurs et nos différents stress accumulés afin de rétablir un équilibre et un bien-être.
  4. Sophrologie, méditation : Pour se recentrer sur son corps et ses organes, pour interpréter ses envies et ses besoins. On travaille sur la respiration ( moteur d’une bonne fonction de nos organes internes: poumons, cœur, estomac, intestins, vessie... ), sur la nervosité ou le stress et on cherche la réconciliation avec soi-même.
  5. Naturopathie : Pour apprendre à avoir une hygiène de vie et alimentaire saine et adaptée. Cela s’intègre dans une démarche holistique et globale qui peut être accompagnée par les fleurs de Bach et/ou l’homéopathie.
  6. Pilates / yoga : Activité à ajouter à une activité physique d’endurance car elle permet le renforcement des muscles profonds, mettant un accent sur la posture, l’alignement et le travail musculaire des muscles en étirement. Cette méthode associe aussi une maîtrise de la respiration afin de prendre pleinement conscience de son corps et d’apprendre à faire le vide dans sa tête et dans son esprit.