Des œuvres culturelles...


La toile de maître est accrochée sur le grand mur du musée. Dessus, une femme au visage fin et à la peau dorée fixe le visiteur d’un regard pénétrant.

Autour d’elle, une végétation luxuriante déborde de couleurs, les tons vert clair et foncés de la flore se mélangent à l’ocre du soleil couchant. La nature, la beauté, le voyage, les coups de pinceau subtils du peintre caressent les yeux.

La vue et la culture sont très souvent des combinaisons saisissantes

Le tableau est une avalanche d’émotions déclenchée par la seule force de la vue. Une fois sorti du bâtiment, il y a ces jardins à la française, composés de bosquets et de massifs minutieusement taillés.

Au bout de chaque allée, des statues de marbre blanc aux formes harmonieuses sont enveloppées par ce magnifique écrin de verdure. La perspective est splendide, elle saute aux yeux. Voilà en un seul et même lieu la preuve que la vue et la culture sont très souvent des combinaisons saisissantes.

Pour décupler les sens...

La vue est aussi un formidable amplificateur qui vient régulièrement sublimer les autres sens. C’est un opéra où les danseurs virevoltant dans un somptueux décor, soulignent la beauté de la musique.

Les notes sont encore plus belles. C’est un sublime jeu de lumière qui déchire le ciel au-dessus d’une scène de concert. Le refrain est encore plus fort. C’est le minutieux travail de dressage d’une assiette gastronomique composée telle une œuvre d’art.

Elle fait déjà saliver sans même l’avoir goûtée. Ce sont ces images en relief d’un film en 3D projetées dans les lunettes des spectateurs. Elles plongent un peu plus dans l’action. La vue décuple la beauté et la profondeur de nombreux arts. 

Les yeux ouverts...

Mais la vue est unique. Chaque regard posé sur un tableau, un spectacle ou une statue, sont autant de manières différentes d’apprécier la beauté de la culture et de s’en enrichir.

Les yeux procurent des émotions et une affinité plus ou moins forte selon qui regarde. Et si parfois l’esprit reste fermé à telle ou telle œuvre, les yeux, eux, restent toujours grands ouverts.