Comment a démarré votre ­entreprise AKD?

Il y a 6 ans maintenant, j’ai eu la chance de créer ma société de développement et commercialisation de produits cosmétiques basés sur le silicium organique. C’est une substance extrêmement efficace mais pas assez utilisée, à mon goût, par les autres marques. C’est donc mon fil rouge et chaque produit que je crée en contient, que ce soit pour le visage, pour les cheveux ou le maquillage. Le silicium est naturellement présent dans la peau, mais quand on commence à en manquer, on a des problèmes de régénération ou d’hydratation.

Puisque vous avez créé les produits dont vous aviez personnel­lement besoin, vous vous adressez prioritairement aux femmes? 

Non, j’ai voulu répondre aux besoins des hommes et des femmes de toutes les catégories d’âge. En 2011, je remarque qu’ils veulent plaire et se plaire au moins autant que nous (rires). 

Pourquoi avoir choisi, en plus des produits, de gérer quelques centres de spa?

Vu que l’on fournit aussi les soins pour le spa, c’était cohérent d’en proposer aussi la gestion. Pour l’instant, nous en avons cinq sous notre responsabilité. En plus de la détente, on offre toujours les soins de la peau et, pour chaque rituel, tout un univers original que j’ai créé. Il faut croire que cela nous réussit puisqu’on a gagné beaucoup de prix récemment.

Vous incarnez totalement ­votre entreprise qui porte même vos ­initiales. Est-ce vous y avez tous les pouvoirs?

Quasiment, car j’en suis la vice-présidente! Mais, je suis entourée par d’excellents professionnels dans les métiers que je ne peux pas assurer. Il me fallait de bons chimistes, par exemple. Cela dit, c’était essentiel pour moi de ne pas être seulement un nom écrit sur l’emballage. Je veux pouvoir tout concevoir puis tester. 

Dans l’assortiment, quel est ­votre produit fétiche? 

Ils le sont tous. Habituellement, dans les grandes marques, il n’y a qu’un ou deux produits fabuleux et tout le reste est purement marketing. Nous, nous sommes très fiers de chacun. Même le maquillage soigne la peau du visage en plus de rendre la femme plus belle. 

La qualité a un prix, lequel?

C’est vrai que nous proposons des produits et des services luxueux nécessitant beaucoup de recherche. Mais, nous avons réussi à faire appliquer des prix de milieu de gamme. Je crois que les consommateurs l’ont déjà bien senti parce que nous ferons probablement autour d’un million et demi d’euros de chiffre d’affaires cette année.

Quels sont les projets futurs pour votre marque?

Je vais sortir mon parfum. Nous allons également développer une gamme de produits solaires puisque le silicium est très efficace dans la protection contre les attaques des rayons. En Suisse, un spa va s’ouvrir cet hiver à Fribourg, en partenariat exclusif avec ma marque. Je m’en réjouis beaucoup.