De plus en plus répandues, les opérations au laser des yeux ont permis à de nombreuses personnes de s’affranchir de leur paire de lunettes ou de dire définitivement adieu aux lentilles.

Le sentiment est souvent le même: on a l’impression de retrouver la vue, explique Julien, 32 ans, qui s’est fait opérer de sa myopie il y a maintenant cinq ans et qui vit désormais comme si ses problèmes de vue n’avaient été qu’un mauvais souvenir.

Toutefois, avant d’envisager une opération chirurgicale, mieux vaut savoir si cette opération est faite pour vous. Voici quelques questions qui peuvent vous aider à prendre votre décision.

A partir de quel âge peut-on se faire opérer?

Inutile de se presser, il faut attendre que le défaut visuel soit stabilisé, c’est-à-dire rarement avant 21 ans. Deux examens identiques à un an d’intervalle sont donc recommandés afin de vérifier que le défaut visuel n’évolue plus avec le temps.

Il n’y a pas de limite d’âge supérieur. Il faut savoir que les patients de plus de 40 ans peuvent se faire opérer même si leur presbytie poursuit son évolution.

Quels sont les défauts de vision opérables?

Il existe différentes techniques d’opération au laser, elles peuvent corriger les quatre défauts connus de la vue: la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie.

L’opération des yeux au laser permet d’y arriver: soit en modifiant la courbure de la cornée par un laser, soit en plaçant une lentille (implant) à l’intérieur de l’œil, en avant ou à la place du cristallin.

Est-ce que tout le monde peut se faire opérer?

Non! Les limites de cette opération découlent directement de l’épaisseur de la cornée, que l’on mesure avant l’opération. Un amincissement excessif reviendrait en effet à la fragiliser.

Le bilan pré-opératoire permet de dépister les contre-indications à cette opération; heureusement elles sont exceptionnelles. La principale est le «kératocône» ou déformation évolutive de la cornée dépistée par la cornéo-topographie.

Il faut également éliminer les yeux atteints de pathologies sérieuses et n’opérer que des yeux sains. Il ne faut pas opérer les patients atteints de maladies inflammatoires chroniques car celles-ci risqueraient de perturber la cicatrisation.

Comment choisir son chirurgien?

Il est important de bien choisir son chirurgien: il doit être spécialisé en chirurgie réfractive et doit parfaitement maîtriser l’ensemble des techniques chirurgicales.

En fonction de votre défaut visuel, il doit en effet être en mesure de choisir la technique la plus adaptée et savoir anticiper ou gérer tout incident ou complication pré ou post-opératoire.

N’hésitez pas à demander conseil à votre ophtalmologiste traitant qui pourra vous orienter dans votre choix.

Combien ça coûte?

Il faut compter environ CHF 2500.- par œil, pour le traitement et le suivi post-opératoire.