En Suisse, chaque année, entre 8000 et 10 000 décès sont dus à un arrêt cardio-respiratoire en dehors des hôpitaux. Que représente ce chiffre?
Il s’agit de la première cause de mortalité devant les accidents de la route! Lors d’un arrêt cardiaque, il faut intervenir rapidement. Chaque minute de perdue diminue jusqu’à 10% les chances de survie. C’est pour cette raison qu’il est important de pouvoir intervenir, bien avant l’arrivée des secours. De ce fait, l’utilisation d’un défibrillateur dès les premières minutes augmente significativement le taux de survie.

Quel est le taux d’équipement de ces appareils dans notre pays?
Il n’existe pas de statistiques officielles, mais nous sommes loin derrière les Etats-Unis. Les défibrillateurs portables sont largement répandus outre-Atlantique. Par exemple, l’équipement des casinos dans l’Etat du Nevada a pu augmenter le taux de survie à plus de 50%. En Suisse, ce taux est seulement de 3 à 5%. Des progrès sont à faire pour augmenter le taux d’équipement de ces appareils.

Comment évolue la situation?
Les mentalités changent. Aujourd’hui, ces appareils sont majoritairement présents dans les principales gares et aéroports du pays et dans les grandes entreprises. La SUVA recommande l’acquisition d’un défibrillateur semi-automatique dans les entreprises connaissant une grande affluence de public. Dans le canton du Tessin, une grande campagne de formation et d’équipement permet aujourd’hui un taux de survie de 38%, soit neuf fois plus que la moyenne nationale. Sur ce taux, 4 patients sur 5 s’en sortent sans aucune séquelle. En 2015, les CFF équiperont aussi leurs nouveaux trains longue distance de défibrillateurs.

Comment fonctionnent ces appareils?
Un défibrillateur semi-automatique est muni d’un microprocesseur qui analyse l’activité électrique cardiaque, captée par de larges électrodes qui se collent sur le torse du patient. En fonction de l’analyse, le guide vocal ordonne au sauveteur d’administrer ou de ne pas administrer un choc électrique. Une évaluation du rythme est effectuée automatiquement après le premier choc électrique et détermine si des chocs supplémentaires sont indiqués. L’appareil assiste et guide le sauveteur lors de son massage cardiaque par des instructions vocales. Ces appareils sont extrêmement légers. Ils pèsent moins de 2 kilos.

Quelle est leur efficacité?
Plusieurs études ont démontré la simplicité d’utilisation et la fiabilité de ces appareils, en particulier pour des personnes qui ne font pas partie du secteur médical. Quelques heures de formations suffisent. Nous intervenons régulièrement au sein des entreprises et collectivités, comme les communes ou les clubs de sports. C’est un investissement qui permet de sauver des vies!