Pour en savoir plus, nous avons donné la parole à la Dresse Izabella Nerushay, médecin-dentiste spécialisée en techniques d’atténuation des phénomènes anxieux liés à la peur du dentiste.

La facilité d’administration en fait une technique appréciée des patients

«Selon une enquête de la Société suisse des médecins-dentistes, plus de la moitié des patients appréhendent les soins dentaires.

Les plus anxieux sont parfois enclins à différer une consultation jusqu’à ce que la douleur apparaisse ou devienne intenable. Un tel comportement nuit à la santé dentaire. Il empêche aussi de sourire avec confiance.

Sédatif, anxiolytique, analgésique

Pour atténuer la peur, et par conséquent la douleur, il existe diverses méthodes comme l’hypnose, la relaxation, l’acupuncture. La plus utilisée reste cependant l’inhalation d’un mélange oxygène / protoxyde d’azote.

En agissant directement sur les neurotransmetteurs, ce gaz procure un sentiment de bien-être proche de l’hilarité. En outre, il inhibe le réflexe vomitif.

Tout patient peut y prétendre, mais il est surtout indiqué pour les enfants. Cette technique de sédation consciente permet à la personne de rester présente tout au long du traitement.

S’il y a très peu de contre-indications et d’effets secondaires, le patient fait tout de même l’objet d’une anamnèse pour écarter le risque d’une éventuelle incompatibilité physiologique. Les femmes enceintes peuvent se le voir proposer au-delà de trois mois de grossesse.

La facilité d’administration en fait une technique appréciée des patients. C’est un bon moyen de se faire soigner en gardant le sourire».