L’allergie respiratoire est une réaction de l’organisme à des particules aériennes. Les symptômes sont souvent très désagréables, en particulier chez l’enfant: crises d’éternuements, écoulement nasal, yeux qui larmoient, voire une perte de connaissance dans le cas du choc anaphylactique. Une prise en charge précoce est importante: cela évite qu’un asthme ayant au départ un caractère transitoire ne s’installe pour devenir chronique.

Les fleurs du mal

Le retour des beaux jours et le réveil de la nature peuvent gâcher la vie des plus sensibles. En Suisse, six variétés de pollens sont responsables de 95 % des allergies saisonnières: les pollens de graminées, de bouleau, de frêne, de noisetier, d’aulne et d’armoise. Pour diminuer les risques, il faut réduire les sorties lorsqu’il fait beau, bien se brosser les cheveux le soir, maintenir les fenêtres fermées la nuit. En cas de besoin, des antihistaminiques se prennent sous forme de comprimés. Et pour les patients qui développent d’importants symptômes, l’immunothérapie ou désensibilisation peut se révéler très efficace.

Aérez, aspirez... et respirez

Mais la grande majorité des allergies sont provoquées par les acariens. Ce sont de minuscules insectes invisibles à l’œil nu. Ces petites bêtes se nichent dans la poussière, sur les matelas, coussins et duvets. Ils apprécient les environnements confinés et chauds. Evitez donc de chauffer votre habitation à plus de 20 degrés, aérez les pièces en ouvrant grand les fenêtres et surtout supprimez les nids à poussière. Au besoin, les symptômes peuvent être traités avec des médicaments sous forme de spray nasal ou de comprimés.