Le psoriasis est une maladie cutanée bénigne fréquente qui adopte le plus souvent une forme chronique. Elle se distingue principalement par des surfaces rouges nettement délimitées et couvertes de pellicules blanches argentées. Cette maladie peut survenir à tout âge, tant chez les femmes que chez les hommes. Souvent, seules de petites altérations de la peau apparaissent aux coudes et aux genoux.

Il peut néanmoins arriver que les plaques de pellicules se répandent sur tout le corps. «Les articulations et les ongles peuvent aussi être touchés», explique le spécialiste Peter Häusermann, de l'hôpital universitaire de Bâle. La gravité de l'affection varie d'un patient à l'autre. La maladie est probablement provoquée par une attaque erronée du système immunitaire (réaction auto-immune) contre les cellules de l'épiderme, qui réagissent à l'agression en se multipliant.

Les protéines favorisant l'inflammation ainsi que l'hyperactivité de certains globules blancs y jouent un rôle essentiel.  Ces cellules transmettent la réaction immunitaire par le biais des médiateurs chimiques et contribuent ainsi à l'inflammation.

Une multitude de facteurs

L'apparence des pellicules varie en fonction de l'aspect clinique. «En règle générale, le diagnostic est simple à établir, car cette maladie cutanée est facile à reconnaître en raison des altérations typiques de la peau. D'autres cas de psoriasis dans la famille constituent également un indicateur», précise Peter Häusermann. Une multitude de facteurs peuvent provoquer l'apparition de pellicules.

Outre la prédisposition génétique, il existe d'autres facteurs de risques tels que des infections, certains médicaments ou des stimuli mécaniques tels que des blessures cutanées. «Lorsque les deux parents souffrent de psoriasis, la probabilité que leur enfant en souffre également se situe entre 60% et 70%. Si un seul parent est touché, la probabilité est largement inférieure, à savoir autour de 30%», ajoute le spécialiste.

Facile à diagnostiquer

Comme mentionné précédemment, la maladie est due à une réaction auto-immune, qui touche les cellules de l'épiderme, essentielles pour la régénération de la peau. La peau réagit à l'attaque du système immunitaire par une inflammation. Les cellules touchées se multiplient, ce qui entraîne une surproduction de nouveaux tissus, provoquant les symptômes typiques du psoriasis: la peau s'épaissit et des pellicules se forment.

«Dans la plupart des cas, le psoriasis est facile à diagnostiquer en raison des altérations et symptômes typiques», explique Peter Häusermann. Les surfaces touchées sont nettement délimitées, fortement rougies et irriguées. La peau est sèche et des fissures ou cloques douloureuses apparaissent. Chez bon nombre de patients, la maladie touche également les ongles.

S'il existe toutefois des doutes quant au diagnostic, il est possible de prendre un échantillon de peau (biopsie) afin d'examiner si l'épiderme est particulièrement kératinisé, épaissi ou enflammé. Si les symptômes sont faibles, le diagnostic peut s'avérer difficile. C'est pourquoi il faut exclure les maladies cutanées pouvant être confondues avec le psoriasis, notamment l'eczéma, la dermatomycose et les infections de la peau par des champignons.

Mot clé: arthrite psoriatique

Le psoriasis qui touche les articulations (arthrite psoriatique) est parfois difficile à différencier d'autres maladies aiguës ou chroniques des articulations, surtout s'il n'existe aucune altération typique de la peau. Dans ces cas, des examens sanguins peuvent faciliter le diagnostic. «Cette méthode permet de distinguer cette forme de psoriasis, qui touche également les articulations, des autres maladies inflammatoires des articulations», explique Peter Häusermann.

Parfois, des procédés d'imagerie tels que la tomographie assistée par ordinateur ou par résonance magnétique peuvent être utiles pour diagnostiquer une arthrite psoriatique. Les spécialistes supposent qu'entre 10% et 30% des personnes touchées par le psoriasis souffrent également d'arthrite psoriatique. Il faut toutefois plus de temps pour poser un diagnostic, notamment parce que les patients ne mentionnent pas forcément leurs douleurs articulaires à leur dermatologue ou parce que leur médecin ne leur demande pas s'ils présentent de tels symptômes.

Aujourd'hui, on présume que l'arthrite psoriatique n'est pas seulement la concomitance fortuite de psoriasis et d'arthrite, mais qu'il s'agit d'une maladie à part entière. Un diagnostic correct permet de prévenir les effets à long terme d'une affection d'arthrite psoriatique non diagnostiquée ou non traitée.

Impact psychologique considérable

Il existe différentes thérapies pour traiter les symptômes du psoriasis, qui permettent de soulager la souffrance des patients. Le traitement inclut des médicaments et des thérapies physiques. En principe, on différencie la thérapie intérieure (systémique) et la thérapie locale (topique). L'objectif commun de tous les traitements est d'éviter que la peau ne s'épaississe et s'enflamme davantage.

Le psoriasis évolue de manière individuelle, mais dans la plupart des cas, la maladie devient chronique et se manifeste de manière intermittente. «Pour un grand nombre de patients, l'incertitude liée à cette maladie a un impact psychologique considérable. Grâce au soin minutieux de la peau et aux différents traitements disponibles, la maladie peut généralement être maîtrisée», précise Peter Häusermann. Cependant, il n'existe à ce jour aucun remède pour guérir le psoriasis.