La fondation vient en aide à des patients ou à des médecins ophtalmologues dans les pays en voie de développement, principalement en Inde et au Congo, mais aussi en Egypte et en Albanie. Elle s’est fixé des buts précis: créer et soutenir dans la durée des centres ophtalmologiques et des structures existantes. Soutenir la formation du personnel médical et paramédical en ophtalmologie, en médecine dentaire, entre autres. Enfin, il s’agit aussi de favoriser la prévention, le diagnostic et le traitement des pathologies rencontrées.

Actions en Inde

En Inde, quelque 10 millions de personnes vivent en tribus dans des forêts et n’ont pas accès aux structures médicales. Les maladies demeurent non traitées et la cécité partielle, voire totale, touche bon nombre de personnes. Considérés comme une charge pour la famille et pour la société en général, les aveugles sont marginalisés. En recouvrant la vue, ils reprennent leur indépendance et se réinsèrent socialement. Une équipe de la fondation se déplace en bus dans ces régions reculées et identifie les aveugles. Les personnes nécessitant une opération sont conduites gratuitement au centre de traitement. De plus, un centre de dépistage et de traitement a été mis en place à New Dehli pour les habitants vivant dans les bidonvilles où pas moins de 300 personnes sont diagnostiquées par jour.  

Actions au Congo

En Suisse, on comptabilise un ophtalmologue pour 8 000 habitants. Or, au Congo, où l’on dénombre 900 000 aveugles, il n’y a que 40 ophtalmologues pour 60 millions d’habitants. « C’est un réel problème de santé publique qu’il s’agit d’éradiquer en mettant en place des structures de consultation et de traitements », souligne le Dr André Mermoud. Grâce aux dons récoltés par la fondation, un hôpital a été construit dans la ville de Lubumbashi ainsi qu’à Kinshasa et des dons de matériel venant de Suisse permettent aux opérations de se poursuivre.

Peu de moyen, grands résultats

Une opération de la cataracte ne coûte que 75 francs suisses et une opération du glaucome s’élève à 50 francs, en incluant la prise en charge du transport du patient, de l’opération et de l’hospitalisation. Une paire de lunettes ne coûte quant à elle que 15 francs. Ainsi, ce ne sont pas moins de 5 000 opérations effectuées par année qui changent la vie de nombreuses personnes.

Centres de formation en vue

Afin d’assurer la relève du corps médical dans les pays en voie de développement, la création de centres de formation chirurgicale où les ophtalmologues locaux forment leurs successeurs est un des prochains objectifs de la fondation.